Guil’s Records / Musicien DIY® : Conseils en Marketing Musical / Formations pour Artistes indés / Promotion Musicale

Le syndrome de l’imposteur et les Artistes

Publié le 18/01/2023 | Actu

Le syndrome de l’imposteur …

Un syndrome dont on entend souvent parler et dont de nombreux artistes sont “touchés”.

Une impression que les artistes en sont plus sensibles …

Si vous avez l’impression de ne jamais être à la hauteur …

Ou que vos succès sont dus à la chance … ?

Vous êtes sûrement concernée par le syndrome de l’imposteur (ou de l’imposture).

Alors, qu’est-ce qu’exactement ce syndrome curieux ? Et comment s’en “débarrasser” ?

J’ai ressorti ma casquette de psychologue (pour celles et ceux qui n’ont pas suivi, j’ai un Master Ergonomie et Psychologie en parallèle de la musique et de la formation) pour vous rédiger un article adapté aux artistes et musiciens.

Cet article sera un peu plus “sérieux” dans son écriture que les autres articles du blog.

Allez, c’est parti !

 

Qu’est-ce que le syndrome de l’imposteur ?

Le syndrome de l’imposteur est un phénomène psychologique qui peut toucher certaines personnes. Il se caractérise par un sentiment de doute permanent quant à leurs propres compétences et réalisations.

Il puise ses origines dans des ego malmenés et dans la nécessité que nous éprouvons de nous comparer aux autres. (Sciences Humaines)

Ce syndrome n’est pas encore reconnu officiellement comme un trouble psychologique, mais il fait parler de plus en plus de lui. Ce sont deux femmes, en 1978, Pauline Clance et Susanne Imes, qui font les premières études sur ce syndrome.

Ces femmes pensaient qu’on les surestimait. Elles craignaient d’être « démasquées », que les autres s’aperçoivent qu’elles ne sont pas si compétentes qu’ils le croyaient.

Les personnes atteintes du syndrome de l’imposteur ont souvent l’impression de ne pas mériter leur succès et de ne pas être à la hauteur de leurs responsabilités, et peuvent craindre d’être découvertes comme étant des « imposteurs« .

La personne peut minimiser ses réalisations en attribuant le succès à de la chance plutôt qu’à ses propres compétences. Elle peut également avoir des difficultés à accepter les compliments et les récompenses, et peut se sentir anxieuse et stressée dans des situations professionnelles ou académiques.

Le syndrome de l’imposteur peut avoir un impact négatif sur la confiance en soi et sur la performance professionnelle.

 

Quelle est la différence avec le manque de confiance en soi ?

Il peut être difficile de différencier le syndrome de l’imposteur du manque de confiance en soi, car ces deux phénomènes se ressemblent sur certains points et peuvent être liés.

Cependant, il y a quelques différences clés entre les deux :

  • Le syndrome de l’imposteur se caractérise par un sentiment de doute constant quant aux compétences et aux réalisations, alors que le manque de confiance en soi peut être lié à des compétences ou des situations spécifiques.
  • Le syndrome de l’imposteur peut être accompagné d’un sentiment de peur de l’échec ou de la découverte comme étant un « imposteur », tandis que le manque de confiance en soi peut être lié à un sentiment d’incompétence ou d’insuffisance.
  • Le syndrome de l’imposteur peut affecter la performance professionnelle ou académique, alors que le manque de confiance en soi peut avoir un impact sur la vie quotidienne de manière générale.

Les différences seraient donc sur le fait que le syndrome de l’imposteur est plutôt lié à l’activité professionnelle ou académique, pendant que la confiance en soi touche toutes les situations et affecte la vie quotidienne.

Il est important de noter que ces différences ne sont pas absolues et que chaque personne est unique.

 

Pourquoi ce syndrome touche les artistes et musiciens ?

Les artistes et les musiciens peuvent être particulièrement sensibles à ce syndrome en raison de la nature subjective de leur travail et de la pression qu’ils peuvent ressentir pour être constants dans leur créativité et leur performance. De plus, beaucoup sont en autoproduction, gèrent totalement leur projet musical et ont, de ce fait, peu de retours sur leurs actions.

Les artistes et les musiciens peuvent se sentir confrontés à de nombreux défis et à de la concurrence dans leur domaine, et ils peuvent avoir l’impression de devoir constamment prouver leur valeur et leur talent. Ha la comparaison aux autres ! Elle fait souvent du mal. Cela peut entraîner un sentiment de doute quant à leurs propres compétences et réalisations, et peut être particulièrement difficile à gérer si le succès n’arrive pas immédiatement.

Il est important de se rappeler que le succès est subjectif et que le talent et les compétences de chacun peuvent varier d’une personne à l’autre.

 

Quelques exemples du syndrome de l’imposteur chez les artistes

Le syndrome de l’imposteur peut se manifester de différentes manières chez les artistes et les musiciens. Voici quelques exemples de comportements ou de pensées qui peuvent être associés à ce syndrome dans ces domaines :

  • Minimiser ses réalisations ou ses compétences, en attribuant le succès à de la chance ou à l’aide de tiers plutôt qu’à ses propres qualités ;
  • Avoir du mal à accepter les compliments ou les récompenses, en les minimisant ou en les rejetant ;
  • Se sentir anxieux ou stressé lorsqu’on est invité à jouer devant un public ou à présenter ses œuvres, en craignant de ne pas être à la hauteur ;
  • Se comparer constamment aux autres artistes ou musiciens et se sentir inférieur, en se concentrant sur ses défauts plutôt que sur ses qualités ;
  • Avoir l’impression de ne pas mériter de réussir dans ces métiers.

Il est important de noter que ces comportements ou pensées peuvent varier d’une personne à l’autre et ne sont pas exhaustifs.

 

Statistiques sur le syndrome de l’imposteur

Il est difficile de donner des statistiques précises sur le syndrome de l’imposteur, il y en a très peu sur internet ou dans les livres. Parce qu’il s’agit d’un phénomène complexe qui peut affecter différentes personnes de différentes manières. Beaucoup d’études, jusqu’à maintenant, concernaient surtout les femmes. Et, il n’existe pas, à ce jour, de test diagnostique spécifique, ce qui complique l’évaluation de sa fréquence.

Cependant, selon certaines études, le syndrome de l’imposteur serait plus fréquent chez les femmes que chez les hommes.

70 % des gens auraient déjà été touchés par ce syndrome au moins une fois dans leur vie.

Les études indiquent également que le syndrome de l’imposteur peut être plus fréquent dans les domaines où la performance et les compétences sont particulièrement valorisées, tels que les métiers de l’enseignement, de la recherche ou de la médecine.

La psychologue Valérie Young a repéré que les étudiants, les chercheurs, les universitaires et les créatifs, “qui doivent souvent se comparer avec des personnes jugées talentueuses” sont le plus souvent concernées. Ainsi que les minorités sociales ou les groupes sociaux victimes de discriminations (femmes, Noirs, homosexuels, minorités religieuses…). Ou encore les autoentrepreneurs et les travailleurs indépendants dont les relations professionnelles sont limitées, ce qui ne leur donne pas toujours la possibilité de s’apprécier à leur juste valeur.

 

Quels sont les facteurs concernés dans ce syndrome de l’imposteur ?

Il n’y a pas de facteurs uniques qui peuvent être identifiés comme étant à l’origine du syndrome de l’imposteur. Ce syndrome peut être le résultat de plusieurs facteurs, tels que :

  • Des attentes irréalistes envers soi-même : certaines personnes peuvent avoir des attentes irréalistes envers leur propre performance et peuvent se mettre sous pression pour être parfaites ;
  • Un manque de confiance en soi : le manque de confiance en soi peut être un facteur déclenchant pour le syndrome de l’imposteur, en particulier si une personne a été critiquée ou a échoué à certaines occasions ;
  • Des modèles ou des comparaisons inappropriés : certaines personnes peuvent se comparer constamment aux autres et se sentir inférieures, ce qui peut contribuer au syndrome de l’imposteur ;
  • Des expériences de rejet ou d’échec : des expériences de rejet ou d’échec peuvent être difficiles à surmonter et peuvent affecter la confiance en soi et le sentiment de mérite.

Il est important de noter que ces facteurs peuvent agir de manière combinée et que le syndrome de l’imposteur peut être le résultat d’une combinaison de facteurs individuels et environnementaux.

L’éducation peut aussi être un facteur contribuant au syndrome de l’imposteur.

Des études ont suggéré que certains aspects de l’éducation peuvent contribuer au développement du syndrome. Par exemple, une culture scolaire qui met l’accent sur la compétition et la performance peut créer une pression pour être parfait et pour réussir, ce qui peut être difficile à gérer pour certaines personnes. De même, un manque de reconnaissance ou de soutien de la part des enseignants ou des pairs peut affecter la confiance en soi et le sentiment de mérite.

 

Pourquoi les femmes seraient plus concernées dans la musique ?

Le manque de reconnaissance ou de soutien de la part des pairs ou des professionnels, le fait de se sentir exclue ou de ne pas être représentée dans son milieu professionnel peuvent être source de doute et de stress.

Il est possible que le fait que les femmes soient moins présentes ou moins reconnues dans certains milieux artistiques ou musicaux contribue au syndrome de l’imposteur chez certaines femmes. Les stéréotypes, les caricatures et les étiquettes négatives misent sur le front des artistes féminines évoluent et se brisent avec le temps, mais ils ont encore la vie dure, malheureusement, dans l’industrie musicale.

 

Quelques conseils pour ne plus subir ce syndrome

Voici quelques conseils qui peuvent vous aider à gérer le syndrome de l’imposteur et à retrouver confiance en vos compétences et vos réalisations :

  • Faites-vous aider : si vous avez l’impression que le syndrome de l’imposteur vous affecte négativement, n’hésitez pas à demander de l’aide à un professionnel de santé mentale. Un psychologue peut vous aider à comprendre les causes de vos sentiments et à trouver des moyens de les gérer.
  • Acceptez vos imperfections : personne n’est parfait et il est normal de faire des erreurs. Apprenez à accepter vos imperfections et à vous concentrer sur vos forces plutôt que sur vos faiblesses.
  • Faites le point sur vos réalisations : prenez du temps pour réfléchir à vos réalisations et à vos compétences, et rappelez-vous toutes les fois où vous avez réussi. Cela peut vous aider à avoir une vision plus objective de vous-même et à reconnaître vos propres mérites.
  • N’hésitez pas à demander de l’aide ou à solliciter des retours : si vous avez des doutes sur vos compétences ou vos réalisations, n’hésitez pas à demander de l’aide ou à solliciter des retours. Attention aux retours non constructifs qui sont souvent négatifs : ceux-ci, mettez-les de côté et n’y prenez pas garde.
  • Faites preuve de gratitude : faites preuve de gratitude envers les personnes qui vous soutiennent et envers vous-même. Cela peut vous aider à vous sentir mieux et à avoir une vision plus positive de vous-même.
  • Développez votre confiance en vous : travaillez sur votre confiance en vous en faisant des choses qui vous mettent à l’aise et en célébrant vos réussites, même les plus petites. Un nouveau fan par jour ? Célébrez ! Un nouveau concert dans votre agenda ? Célébrez ? Un email d’un fan pour vous remercier ? Célébrez ! Un sourire sur le visage d’un spectateur lors de votre spectacle ? Célébrez !
  • Faites preuve de bienveillance envers vous-même : soyez bienveillant envers vous-même et faites preuve de compassion. Essayez de vous parler de manière positive et encourageante, comme vous le feriez avec un ami ou un membre de votre famille.
  • Fixez-vous des objectifs réalisables : fixez-vous des objectifs réalisables et célébrez les petites victoires. Cela peut vous aider à vous sentir accompli et à avoir une vision plus positive de vous-même.
  • Entourez-vous de personnes positives : entourez-vous de personnes qui vous soutiennent et qui vous encouragent. Avoir un réseau de personnes positives peut vous aider à vous sentir mieux et à avoir une vision plus positive de vous-même.
  • Prenez soin de votre santé mentale : prenez soin de votre santé mentale qui est aussi importante que la santé physique et peut avoir un impact positif sur votre confiance en vous.
  • Ayez confiance en votre processus d’apprentissage : rappelez-vous que l’apprentissage est un processus continu et que vous n’avez pas besoin d’être parfait pour apprendre de nouvelles choses. Acceptez que vous puissiez avoir besoin de temps pour apprendre et progressez à votre propre rythme.
  • Apprenez à dire non : apprenez à dire non aux choses qui ne vous conviennent pas ou qui vous mettent trop de pression ou ne correspondent pas à vos valeurs. Cela peut vous aider à vous sentir moins stressé et à avoir une vision plus positive de vous-même.

 

Conclusion

Je vais vous l’avouer, j’ai souvent ce cher syndrome de l’imposteur qui vient faire toc-toc à la porte de mon cerveau. Je travaille dessus. Ce n’est pas toujours évident. Mais cela n’affecte pas ma vie.

Finalement, est-ce quelque chose dont on peut se débarrasser si facilement ? Est-ce que notre sensibilité d’artiste ne serait pas entachée si nous prenions trop confiance en nous-même ?

Le principal est qu’il ne faut pas se laisser guider ses actions et choix en fonction de lui. Si cela vous gâche trop l’existence, se faire aider peut être une bonne idée 😉

 

Quelques sources sur le sujet

Voici quelques sources d’information sur le syndrome de l’imposteur que vous pourriez trouver utiles :

  • D’où vient le syndrome de l’imposteur ? (scienceshumaines.com)
  • Le Syndrome d’imposture. Pourquoi les femmes manquent tant de confiance en elles ? Élisabeth Cadoche et Anne de Montarlot, Les Arènes, 2020.
  • Le Syndrome de l’imposteur Sandi Mann, Leduc, 2020.
  • Cessez de vous déprécier ! Se libérer du syndrome de l’imposteur Kevin Chassangre et Stacey Callahan, Dunod, 2016.
  • Le Syndrome de l’imposteur Sandi Mann, Leduc, 2020.
  • The Secret Thoughts of Successful Women. Why capable people suffer from the impostor syndrome and how to thrive in spite of it Valerie Young, Crown Publishing, 2011.
  • Le Complexe d’imposture: ou comment surmonter la peur qui mine votre sécurité Pauline Rose-Clance, Flammarion, 1992.

Il est important de noter que ces informations sont fournies à titre indicatif et qu’il est recommandé de consulter psychologue ou psychiatre pour obtenir de l’aide et des conseils sur la manière de gérer le syndrome de l’imposteur.

Le Blog de Guil’s Records

Guil’s Records est un label services, dirigé par Guilaine Robin, qui a lancé la communauté « Musicien DIY ». Formations adaptées et accessibles, coachings, ateliers avec les MJCs et SMACS.

Spécialités : Formation, Coaching pour les artistes indépendants. 

guil's records

Ce blog vous apportera de nombreux conseils, astuces et pratiques sur le marketing musical, le droit de la musique, la communication digitale, la promotion musicale, les stratégies de sorties, les clips vidéos et beaucoup d’autres choses.

 

Recevoir les notifications

NE LOUPEZ AUCUNE INFO !

Recevoir une notif à chaque nouvel article ? Alors cliquez 👇

JE DIS OUI 🙂

Les Bibles des Musiciens DIY

0 commentaires

Laissez un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Webinaire Offert : Les 9 Etapes INDISPENSABLES Pour Développer ton Projet Musical

Ne loupe plus aucun article !

Ne loupe plus aucun article !

Reçois directement une notification à la sortie des nouveaux articles avant tout le monde !

C'est OK, au prochain article :)